Nous faisons déjà tous du game design

L'article te plaît ?
  •  
  • 11
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    11
    Partages

Nous faisons déjà tous du game design

Vous vous êtes peut-être déjà demandé : comment faire du game design ?
Mais aussi : comment devenir game designer ?

Cela risque de surprendre, mais je vais être direct.

En réalité, tout le monde peut être game designer et faire du game design même sans s’en rendre compte.

Nous allons lister quelques exemples concrets que vous avez déjà dû rencontrer au cours de votre vie.

Mais avant, posons-nous la bonne question.

Qu’est-ce que le game design ?

Littéralement, cette expression anglophone se traduit en français par « Conception de jeu ». Rien à voir avec le graphisme ou encore la programmation. Le game design est abstrait, mais il devient concret lorsqu’il est mis en application.

La personne qui s’occupe du game design d’un jeu endosse le rôle du game designer.

Shigeru Miyamoto révolutionne le game design

Shigeru Miyamoto révolutionne le game design

Pour résumer en quelques mots : être game designer, c’est créer des expériences de jeux.

Notons que je ne précise pas « dans les jeux vidéo ». Un game designer peut très bien concevoir des jeux de toutes sortes. Par exemple, il peut imaginer des jeux de société, des jeux de plein air, des escape games, des casse-têtes, des jouets, des jeux télévisés, etc.

La polyvalence est d’ailleurs une qualité requise lorsqu’on veut devenir un game designer professionnel.

Si cet aspect vous intéresse, je vous invite à lire l’article que j’ai écrit sur le métier de game designer (en cours de rédaction).

Donc, à partir du moment où vous participez à la modification ou à l’élaboration d’un jeu, quel qu’en soit le type, vous faites du game design.

Les jeux de société

Imaginez : vous venez de commencer une partie de Monopoly. Les joueurs n’ont acheté que trois terrains chacun. Mais à ce moment-là, un ami veut rejoindre la partie en cours.

Le problème, c’est que les joueurs ne veulent pas recommencer. En effet, ils sont embêtants.

Partie de Monopoly

Pas de soucis : vous avez une idée !

Vous expliquez gentiment comment contenter tout le monde :

Le nouveau joueur va piocher au hasard trois terrains de couleurs différentes et payer à la banque leur prix. Il placera son pion sur le dernier terrain pour intégrer immédiatement le jeu.

Et voilà le travail ! Pourtant, il n’y a aucune règle officielle qui décrit ce cas précis.
Mais le but est atteint : tout le monde est content et la partie peut reprendre son cours.

A noter :
Contrairement à ce que l’on pense, la case du « Parc Gratuit » est une case de repos et le joueur ne peut toucher aucun argent.
Tout le monde a, un jour où l’autre, modifié les règles officielles d’un jeu de société pour le rendre plus amusant !
On appelle cela les « Home Rules », les règles de la maison.

Afin de satisfaire tout le monde, vous pouvez transgresser les règles établies. Libre à vous d’imaginer des alternatives afin de rendre toutes les situations plus amusantes pour tous les joueurs.

👉CQFD : vous faites alors du game design !

Les jeux de plein air

Les enfants adorent jouer à « faire la course », mais lorsqu’un « grand » se mesure à eux, ça devient tout de suite « de la triche » !

C'est pas du jeu !

C’est pas du jeu !

Afin d’équilibrer les chances de victoire, les enfants prendront quelques mètres d’avance.
Les chances de victoires des joueurs « moins avantagés » seront alors réajustées.

Par conséquent, vous procédez à un équilibrage du jeu de « la course ».

👉CQFD : vous faites alors du game design !

Votre sens de la justice et votre empathie font d’ailleurs partie des qualités d’un game designer.

Les jeux d’alcool

Avant toute chose, je me dois d’insister sur cette phrase bien connue :

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Voilà qui est fait.

Les soirées entre amis restent un moment d’amusement. Lorsqu’il n’y a pas de jeux de société dans les parages ou que c’est trop compliqué d’expliquer les règles à des gens alcoolisés, quelqu’un imagine toujours un jeu simple en intégrant la consommation d’alcool. En général, il s’agit d’un mini jeu d’adresse ou un jeu sur la vie privée de vos ami(e)s. Évidemment, plus on perd, plus on consomme de l’alcool. Donc l’expérience de jeu va certainement évoluer et probablement mal finir.

Les jeux d'alcool

👉CQFD : vous faites alors du game design !

Je rédigerai un article concernant un jeu que j’ai imaginé avec mes amis il y a plus d’une dizaine d’années. Il s’agissait de la combinaison d’un jeu d’alcool et d’un jeu vidéo, mais je prendrais le temps de le faire seulement si vous êtes sages et si cette page atteint 50 partages 😉.

À noter :

c’est une réalité, l’alcool optimise notre potentiel créatif. Boire nous désinhibe. A petites doses, il permet de libérer notre esprit et favoriser les liens entre les idées.

En 2014, des chercheurs ont fait une étude sur 132 personnes auxquelles on a fait boire de la bière avec et sans alcool (elle était intitulée : Creativity on tap ? Effects of alcohol intoxication on creative cognition). Cette expérience a démontré qu’atténuer le contrôle cognitif (ensemble des structures et activités psychologiques) peut faciliter certains aspects de la créativité. Évidemment, à une certaine dose, l’effet est probablement bénéfique, mais il s’inverse dès que la consommation d’alcool est trop importante.

Source : https://www.gqmagazine.fr/lifestyle/news/articles/pourquoi-finalement-boire-de-lalcool-ce-nest-pas-si-mal/55534

Une soirée jeux de rôles

Il s’agit probablement du meilleur exemple, car le maître du jeu (ou game master en anglais) doit imaginer et gérer des tas de choses. Le game master participe à la création de l’histoire, du décor, il essaie de rendre le tout cohérent, accessible. Cette personne doit aussi créer et rythmer des situations épiques, drôles, tristes, etc.

Les dés dans les jeux de rôle

Les dés dans les jeux de rôle

Et tout cela pour chaque participant avec de simples feuilles de papier et des dés.
L’expérience du game master fait toute la différence. Cela est aussi vrai pour les game designers.

Jeu de rôle papier

Jeu de rôle papier

👉CQFD : vous faites alors du game design !

Les soirées de jeux de rôles papier sont très intéressantes, car chaque partie change d’un groupe à l’autre. Tout le monde vit l’aventure différemment et se forge sa propre histoire avec son propre personnage.
L’imagination du game master et celle des joueurs sont illimitées et tout ce matériel ne coûte que quelques €.

La cour de récréation

La cour de récréation est une mine d’or pour les game designers.
À l’école primaire, beaucoup d’enfants jouent à divers jeux qui ont des règles différentes d’une école à l’autre.

Pierre Feuille Ciseaux, chat perché, loup glacé, pile ou face, jeux de billes, élastiques, cailloux, etc. Il doit y en avoir beaucoup d’autres, mais malheureusement, je ne suis pas l’actualité des jeux de la cour de récré.

Ici, pas besoin d’avoir des accessoires particuliers pour inventer un jeu ou bien détourner un jeu existant.

Jeu farfelu dans le cour de récréation

Je suis certain que beaucoup d’entre vous se rappellent de certains jeux de leur époque.

Le jeu Foot Cailloux :

D’ailleurs, je me souviens très bien d’un jeu de « Foot » avec sept petits cailloux et un banc plat en pierre. On pratiquait ce jeu au collège, mais il n’avait pas de nom en particulier. Il était facilement réalisable étant donné la configuration des bancs du collège.

  • 4 pierres servaient de cages de part et d’autre du banc.
  • 3 pierres étaient des ballons.

Le jeu se déroulait en tour par tour. Le but était simplement de marquer dans les buts de l’adversaire. Pour cela, il fallait toujours pousser une des trois pierres qui devait impérativement passer entre les deux autres. Sinon, c’est la pénalité : l’adversaire pourra jouer deux fois d’affilée. La main du joueur adverse était figée verticalement en guise de gardien de but.

Schéma du jeu "Foot Cailloux" pratiqué dans ma cour de récréation

Schéma du jeu “Foot Cailloux” pratiqué dans ma cour de récréation

👉CQFD : vous faites alors du game design !

Les jeux de séduction

Arrivés à un certain âge, nos centres d’intérêt changent. Il est très courant de s’amuser avec la personne que l’on convoite. La séduction est aussi un jeu entre deux personnes.

D’ailleurs, depuis les années 90, les Américains appellent le jeu de la séduction : « The Game ».

L’amour est un jeu de hasard.
– George Sand

Jeu de séduction

Certaines personnes sont prêtes à improviser des jeux simples pour détendre l’atmosphère.
Jeux coquins, jeu de la bouteille, « Strip Poker » improvisé, etc. Je vous laisse imaginer ce que vous voulez, mais si vous avez des idées, n’hésitez pas à les mettre en commentaires.

De surcroît, les jeux permettent de découvrir les personnes avec lesquelles vous jouez.

On peut en savoir plus sur quelqu’un en une heure de jeu qu’en une année de conversation.
– Platon

Cette citation est incontestable étant donné que les joueurs participent à un système gouverné par des règles bien strictes. Un peu comme notre société finalement.

L’exemple parfait est celui des jeux de télé-réalité. Les candidats font ressortir leur vraie nature et leur émotion en très peu de temps.

Tout est une raison pour inventer un jeu, encore plus si l’objectif et de séduire quelqu’un.

👉CQFD : vous faites alors du game design !

Le détournement et l’adaptation de jeux ou jouets

Lorsqu’on se retrouve avec un jeu de société ou un jeu de plein air, nous avons entre nos mains des accessoires et des règles établies.

Malgré cela, tout le monde a déjà détourné un jeu pour le transformer à sa sauce. Il y a plusieurs raisons à cela, comme l’incompréhension des règles, le contexte, l’environnement, les personnes avec lesquelles on joue.

On pourrait appeler cela du « Hacking » puisque l’on détourne un objet de son utilisation première. Avec un simple jeu de cartes, on peut très bien s’amuser à construire un château ou une structure, voire une œuvre d’art.

Château de cartes

Château de cartes

On peut facilement imaginer un jeu de quilles avec des bouteilles d’eau et des balles.

Un autre cas est celui des avions en papier. Une fois que le jouet est construit, il suffit de trouver des challenges pour rendre l’activité intéressante. Cela pourrait être un objectif à atteindre, un point d’atterrissage précis, une distance de vol à battre, etc.

👉CQFD : vous faites alors du game design !

Le sport

Il est difficile de pratiquer un sport avec des règles bien établies en bonne et due forme. Surtout lorsque celui-ci nécessite un environnement ou un nombre de joueurs précis.

La solution : le système D !

Finalement, pour jouer au football, il suffit d’un objet en guise de ballon et des joueurs. Le terrain, les lignes de touche, les cages, tout ceci peut être construit sur place. Ensuite, certaines règles peuvent être instaurées suivant la configuration du terrain et les accessoires à disposition.

Souvenez-vous ! Nous avons tous déjà vu ou construit des buts avec une pile de pulls ou de manteaux dans la cour de récréation.

Football improvisé

Football improvisé

👉CQFD : vous faites alors du game design voire du level design !

Conclusion

Au même titre qu’un musicien, je n’affirme pas que tout le monde est au même niveau qu’un professionnel. Mais nous avons tous un jour improvisé un jeu très simple et accessible.

Les exemples sont innombrables. Mais finalement chacun peut prendre en considération une situation donnée. Ensuite, il suffit d’imaginer et de transformer ou créer des jeux ou bien vos propres règles.

Ceci est très enrichissant pour les futurs développeurs de jeux vidéo. Il est important d’expérimenter des cas différents et de résoudre des problèmes spontanément.

In fine le but est d’amuser tout le monde.

N’hésitez pas à commenter cette publication avec vos propres expériences. Vous avez certainement des idées de jeux improvisés.
J’ai hâte de les lire. 😁

Nous faisons déjà tous du game design
Votez pour cet article

L'article te plaît ?
  •  
  • 11
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    11
    Partages

Benoit

J'adore amuser les gens avec mes jeux depuis mon plus jeune age. Je suis développeur professionnel de jeux vidéo depuis 2006, créateur de jeux vidéo indépendants, formateur dans les écoles de jeux vidéo mais aussi game designer et développeur en Freelance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.