fbpx

Documents de game design : 12 erreurs à éviter

  •  
  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrire un document game design (ou Game Design Document  : GDD), c’est avant tout préparer un document qui sera lu par d’autres personnes. Le game designer se chargera de rédiger ces documents. C’est un outil de communication où toutes les idées sont centralisées. Il sera destiné à l’équipe de développement, mais aussi à vous, afin de garder une trace de toutes vos idées.

Devenez efficaces et travaillez comme des pros !

Écrire un document de game design

L’objectif est par conséquent de se faire comprendre en étant le plus clair le plus rapidement possible.

Situation  : Si un développeur ne comprend pas les intentions décrites dans le GDD ou si des informations sont manquantes ou peu claires, il ira directement questionner le game designer. Ce qui veut dire  : PERTE DE TEMPS. Allers-retours incessants, attente, etc. En réalité, peu importe le niveau de détail d’un GDD, il y aura toujours des questions à poser au game designer.

Au même titre qu’un cahier des charges dans les autres secteurs, les documents de game design nécessitent d’être correctement écrits.

Si vous n’avez jamais rédigé un document de game design, je vous invite à télécharger le guide pour écrire votre premier game concept  : GAME CONCEPT  : LE GUIDE POUR BIEN DÉMARRER LA CRÉATION DE SON JEU VIDÉO

Game Concept : Le guide pour bien démarrer la création de son jeu vidéo

GAME CONCEPT : LE GUIDE POUR BIEN DÉMARRER LA CRÉATION DE SON JEU VIDÉO

La solution gratuite, rapide et efficace que tous les game designers doivent maîtriser avant de se lancer.

Voici les erreurs à éviter lorsque vousécrirez vos documents de game design.

Erreur 1  : Mettre des conditions

Le lecteur doit ressentir une conviction dans la façon de présenter le projet.

Ne pas utiliser des phrases de type  :

« Si nous avons le temps, nous implémenterons peut-être le mode multijoueur, mais cela dépendra de l’avancement du jeu et de Josselin, le programmeur. »

D’ailleurs, en évitant ces conditions, on devient psychologiquement plus motivé. Cependant, il est toujours possible de parler des features à implémenter dans des prochaines versions à la fin du document.

Erreur 2  : Utiliser le futur

« Le jeu sera » VS « Le jeu est »

La meilleure façon est de rédiger le GDD comme si le jeu existait déjà. Cela donne une certaine assurance et c’est beaucoup plus efficace en terme d’accroche pour le lecteur.

Au futur  :

« Il y aura 3 modes de jeux », « Le personnage pourra courir, sauter, attaquer »

Au présent (c’est mieux)  :

« 3 modes de jeux », « Le personnage peut sauter, courir, attaquer »

Erreur 3  : Utiliser la première personne du singulier ou du pluriel et utiliser des déterminants possessifs.

« Je vais développer… » ou « Nous allons… » ou encore « Mon jeu… ».

Un document de ce type doit être impersonnel. Il est censé représenter principalement le projet et non pas ce que va faire l’équipe de développement.

Erreur 4  : Négliger l’orthographe, la grammaire et la ponctuation.

« Cay tun jeu videos kiss spass dans un univers médieval fantastic ou on dirige des personnage avec des pouvoir lol »

Aïe, ça pique un peu les yeux. Imaginez l’autre personne qui va lire un document truffé de fautes en langage SMS. Cela ne donne pas envie de continuer. Ici, le principe est de se de faire comprendre. Tout le monde fait des fautes (il y en a peut-être dans cet article 😉). Relisez-vous plusieurs fois, surtout le lendemain, histoire d’avoir un œil neuf. Faites aussi relire le document par d’autres personnes.

Les fautes dans les documents de game design

D’ailleurs, heureusement qu’il est toujours possible de corriger toutes ces erreurs via des logiciels. Par exemple, grâce au correcteur automatique de Microsoft Word, de Open Office, ou encore via des sites Internet gratuits comme www.scribens.fr/.

Erreur 5  : Ne pas mettre assez de visuels

Un bon visuel remplace aisément une tonne de texte.

Si l’on veut expliquer un concept, il est toujours plus simple de rapidement gribouiller un schéma. Même un dessin grossier en noir et blanc avec des formes géométriques permet d’assimiler une idée. L’œil humain calcule et comprend très vite via un dessin grâce à l’imagination. En plus de ça, on donne une idée plus précise de ce qu’on a en tête.

Voici mon magnifique schéma créé avec Microsoft Word pour illustrer une situation de jeu de plateforme. On comprends comment est disposé la caméra, les gabarits des différents éléments de gameplay, l’interface, etc.

Schema simple document de game design

Schema simple document de game design

Erreur 6  : Négliger la mise en forme et l’esthétique

Donnez envie au lecteur de lire votre document. Certes, ce n’est pas l’apparence qui compte, mais cela joue sur la perception de votre lecteur.

Un article dédié à la mise en forme et le design du document est disponible (styles, sommaires, pages, esthétique, page de garde, informations importantes, etc.).

Documents de game design : 17 astuces pour une présentation impeccable

Documents Game Design astuces présentation

Documents Game Design astuces présentation

Erreur 7  : Utiliser un style trop littéraire

Allez droit au but et supprimez les mots ou les phrases superflus. Personnellement, je suis plutôt en faveur d’un style télégraphique. Quelques mots, des listes ou des tableaux suffisent parfois à expliquer ses idées.

Exemples  :

Les différents animaux présents dans la zone  :

  • Lièvre
  • Chèvre
  • Loup
  • Renard
  • Rat
  • Faucon
  • Corbeau

Un tableau des caractéristiques des différents ennemis  :

Vitesse Attaque Défense
Ennemi 1 Moyenne Faible Faible
Ennemi 2 Haute Moyenne Moyenne
Ennemi 3 Lente Puissante Forte

Bien entendu, tout dépend de ce que vous décrivez. Par exemple, la description d’un univers nécessite plusieurs phrases pour introduire ses spécificités. Cela dit, le cerveau humain prend beaucoup de raccourcis et retient uniquement quelques mots clés. Donc, ne pas hésiter à les mettre en gras.

Erreur 8  : Ne jamais le relire

Revenez le lendemain avec un œil neuf afin de corriger un document, de l’améliorer et de vous mettre à la place du lecteur. Par ailleurs, le fait de relire un peu plus tard vos intentions vous donne un certain recul dans le but de rester cohérent avec vos idées. On se retrouve face aux objectifs que l’on s’est fixés et « jurés » d’atteindre. Cela permet également de justifier toutes les modifications apportées depuis.

Erreur 9  : Ne pas aller à l’essentiel

Trop de blablas, c’est pénible à lire pour certaines personnes qui veulent juste avoir les informations qui les intéressent.

Inutile de tourner autour du pot, utilisez des raccourcis et des références en les citant afin de décrire votre jeu très rapidement. Si votre jeu reprend le gameplay d’un jeu existant, vous n’allez pas décrire de nouveau ce qui existe déjà. Autant le dire directement en montrant une image du jeu en référence. Même chose concernant des features déjà vues ailleurs.

Erreur 10  : Ne pas le modifier

La mise à jour des documents de game design est le travail de tous les game designers. Les idées évoluent au cours du développement. Toutes les modifications et les ajouts doivent être notés, comme un log (registre).

TIP  : Certains game designers ajoutent une section FAQ dans le GDD afin de justifier leurs choix de modifications au cours du développement.

Erreur 11  : Exporter un fichier trop volumineux

Ce fichier est voué à être transmis à d’autres personnes via Internet. Essayez de l’optimiser en limitant le nombre d’images lourdes et en les compressant.

D’autre part, certaines boîtes emails ne reçoivent pas les fichiers joints au-dessus de 5Mo.

Vous pouvez également privilégier le stockage en ligne sur Dropbox ou Google Drive et partager le lien vers vos documents.

Erreur 12  : Ne pas diviser un GDD en plusieurs fichiers

Inutile de tout regrouper dans un seul et même fichier. Dissociez les documents en annexes en créant des liens vers les autres fichiers. Séparez les parties distinctement. De plus, les documents vont avoir des formats différents.

Par exemple un fichier pour  :

  • Le game design document orienté gameplay ;
  • La description de l’univers  ;
  • La liste des assets à produire  ;
  • Le walkthrough  ;
  • La bible graphique  ;
  • Le level design  ;
  • Etc.

Conclusion

Bien entendu, la plupart de ces erreurs sont subjectives. Les années à rédiger les documents de game design m’ont permis de peaufiner des détails afin d’être efficace. Chaque personne a ses propres habitudes. Par ailleurs, je lis des centaines de documents de game design dans chaque école de jeux vidéo où j’interviens ; du coup, je suis devenu un poil exigeant maintenant.

Mais si vous avez d’autres conseils à donner sur comment bien rédiger vos documents de game design, postez-les en commentaires.

Bon dev et à bientôt  !

Documents de game design  : 12 erreurs à éviter
5 (100 %) 1 vote[s]


  •  
  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  

Benoît Freslon

J'adore amuser les gens avec mes jeux depuis mon plus jeune âge. Je suis développeur professionnel de jeux vidéo depuis 2006, créateur de jeux vidéo indépendants, formateur dans les écoles de jeux vidéo, mais aussi game designer et développeur en Freelance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le « Game Concept » : l'étape indispensable pour créer son jeu vidéo