fbpx

Vivre De La Création De Jeux Vidéo, C’est possible  ?

Vivre de la création de jeux vidéo
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Est-il possible de vivre en créant des jeux vidéo ? »

Voici une question que je retrouve assez souvent, car l’argent est un sujet important lorsqu’on souhaite devenir développeur de jeux vidéo indépendants et pouvoir vivre de cette passion. Et pour cela il faut gager de l’argent de ses créations. De plus, aujourd’hui, les moteurs de développement sont devenus accessibles et gratuits. La réponse n’est pas facile, mais je vais essayer de vous donner un avis « objectif » car je vis depuis 2009 de la création de jeux vidéo.

Vivre des jeux vidéo

Vivre de sa passion est une chose motivante, bien plus que de se lever tous les matins et faire un métier alimentaire frustrant.

Vous avez peut-être des doutes, et vous avez probablement peur de vous lancer pleinement dans un métier-passion sans savoir si vous allez pouvoir manger et payer vos factures.

Je vous rassure, c’est humain de penser ainsi. J’ai moi-même eu ces doutes avant de me lancer pleinement dans le développement de jeux vidéo.

Si vous avez le souhait de devenir développeur de jeux vidéo et vivre de votre passion, vous allez devoir surmonter des obstacles et partir du bon pied. En particulier, si vous n’avez aucune expérience.

Dans cet article, je vais parler de la création de jeux vidéo indépendants. Donc je ne vais pas parler des salariés dans les studios de jeux vidéo et des freelances. La vraie question est :

Peut-on vivre de la création de ses propres jeux vidéo indépendants  ?

Ma réponse sans détour  : OUI

Comme les Français de :

Bento, créateurs de Snake Vs Block

Snake VS Block - Hyper-Casual Game

Mi-clo Studio, créateurs de Out There

Mi-Clos Studio

Flying Oak Games, les créateurs de Scourgebringer

Scourgebringer

Scourgebringer : jeu indé à succès

Et moi…

…CEPENDANT…

…Ce n’est pas certain d’y arriver, mais c’est possible

Je connais beaucoup de personnes qui échouent, mais également beaucoup qui y arrivent. La plupart des personnes qui échouent font l’erreur de partir tête baissée sur leur « Dream Game » autoédité sur plusieurs années de production en pensant réussir et rentabiliser leur projet.

Bien sûr, le fait d’avoir réussi moi-même et de voir beaucoup d’autres y arriver me pousse à surévaluer les chances de succès. On appelle cela le « biais du survivant ». D’ailleurs, dans votre entourage, vous connaissez peut-être un ami ou une connaissance qui a échoué en essayant de vivre de ses jeux. Par conséquent, votre avis est également biaisé et vous vous dîtes  : « Ce n’est qu’une question de chance ».

Je répondrais par le slogan du Loto  :

100 % des gagnants ont tenté leur chance
-McCann-Erickson

Cela dépend de vos objectifs

Chaque personne est différente, vous avez peut-être un salaire minimum à atteindre ou bien vous souhaitez sortir un « hit » Hyper-Casual qui va vous faire gagner des millions d’euros.

★ Les lecteurs ont aussi apprécié cet article :
▶︎
  Les Éditeurs De Jeux Vidéo

Voici des exemples d’objectifs par ordre de grandeur  :

  1. Ne rien gagner, juste histoire de faire jouer des gens ou de réaliser son rêve de gosse
  2. Gagner un peu d’argent pour l’honneur
  3. Se payer un salaire décent à la sortie du projet
  4. Être rentable et rembourser le temps passé et les frais engagés
  5. Gagner assez d’argent pour payer tout le monde et se lancer sur un prochain projet
  6. Décrocher le jackpot

Pour ma part, mon objectif est de générer un salaire confortable tous les mois, et si un de mes jeux devient un « hit », c’est du bonus !

Si vous voulez des raisons pour vous pousser à devenir développeur de jeux indépendants, je vous suggère celui-ci : 8 Raisons de devenir développeur indépendant de jeux vidéo

Cela dépend des personnes / studios

Lorsqu’on est tout seul à développer son jeu, les risques sont minimes. En revanche, si vous avez une entreprise et des salariés à payer chaque mois, l’argent est vital pour payer toute une équipe et terminer un projet.

De mon côté, j’ai préféré développer quasiment seul mes jeux vidéo afin d’éviter de créer une société et dans le but d’évaluer les revenus de mes premiers jeux commerciaux.

Cela dépend des aides financières

Lors de la préproduction et de la production, un jeu vidéo ne rapporte rien. Un projet ambitieux nécessite un financement. Ce financement va permettre de développer sereinement le projet. À ce stade, on vit principalement sur les réserves ou les apports financiers.

C’est pour cela que beaucoup de développeurs indépendants profitent de leur chômage pour se lancer. Ils ne vivent pas grâce à leurs jeux vidéo, mais ils se lancent dans cette activité en étant « financés » par leur chômage.

Article recommandé : Comment financer son projet de jeu vidéo indépendant

Financer son jeu vidéo indépendant - 10 astuces

Cela dépend de l’impact à long terme

Un projet est souvent rentable plusieurs mois après la sortie grâce aux featuring, aux soldes, aux « let’s play » par des Youtubeurs ou autres. On appelle cela la longue queue, la « long tail ».

Mon projet EnigmBox v2.0 a été rentabilisé 5 mois après sa sortie. J’ai amorti les frais engagés et tout mon temps passé sur le jeu.

Mais cela ne dure qu’un temps…

Comme chaque chose a une fin, au bout d’un certain temps, le jeu ne rapporte pas assez pour pouvoir se payer un salaire descent. Dans ce cas, on recommence tout depuis le début.

Pour ma part, j’ai de la chance de voir le nombre de téléchargements de mon jeu fluctuer à la hausse comme à la baisse. Cela dépend des périodes. Mais je peux me permettre de sortir un salaire correct tous les mois à l’heure où j’écris ces lignes. Pour un jeu sorti en 2013 (iOS) puis 2017 (Android) en autoédition, je suis plutôt satisfait.

C’est plus accessible quand on habite dans un pays où le coût de la vie est bas

En ayant discuté avec beaucoup de développeurs du monde entier, je peux vous assurer que le coût de la vie en France est bien plus cher qu’en Russie, en Malaisie, en Ukraine, en Pologne, à Madagarscar ou au Brésil.

★ Les lecteurs ont aussi apprécié cet article :
▶︎
  Global Game Jam : Création De Jeux Vidéo en 48h

Exemple : avec environ 400€ / mois en Pologne, on vit décemment avec sa famille. Donc, le « salaire décent » est relatif.

Mon conseil

Tentez de créer un petit jeu commercial rapide à développer pour évaluer le marché et vos compétences afin de récolter vos premiers sous. Si vous arrivez à faire ceci, vous avez déjà plus d’expérience que 95 % des développeurs de jeux vidéo. Cela vous permettra d’évoluer pour partir sur des projets plus ambitieux et de provoquer cette fameuse chance…

Pour moi, les jeux Hyper-Casual sont un excellent moyen de se lancer. Ils permettent de réaliser toute la boucle de production et de gagner en expérience. Enfin, si votre jeu rapporte également de l’argent, c’est tout bénéf !

Les Hyper-Casual Games

Les Hyper-Casual Games, le meilleur moyen pour gagner en expérience

Conclusion

Il faut savoir que beaucoup de développeurs qui vivent de la création de jeux vidéo font aussi des prestations, car cela permet d’avoir un revenu fixe pour pouvoir continuer à travailler sur leurs projets. C’était le cas pour moi, car je donne des cours dans des écoles de jeux vidéo, parce que j’aime ça et je fais quelques prestations histoire de me changer les idées entre plusieurs projets de jeux indés. J’ai listé plusieurs moyens de monétiser ses créations dans cet article : Comment gagner de l’argent avec ses jeux vidéo

Le jeu vidéo est un Art, mais c’est aussi une industrie.

On pourrait transposer cette interrogation au domaine de la musique  : « peut-on vivre de la création musicale  ? ». Ceux qui réussissent vont vous dire  : « Oui, mais il faut travailler », et les pessimistes diront  : « Non, il faut juste un talent inné et de la chance ».

Vivre de la création de ses jeux vidéo est donc possible, mais il vous faudra être rigoureux et sortir de votre zone de confort, prendre des risques, mais tout faire pour minimiser les échecs. Je préfère être franc avec vous : vous allez vous planter ! Comme tout le monde. Mais l’échec est formateur.

Le moyen de réussir est de doubler votre taux d’échec.
– Thomas Watson

Faire de cette passion votre métier va demander du temps et de l’expérience. On ne devient pas riche et célèbre du jour au lendemain.

Beaucoup de développeurs indépendants qui ont eu du “succès du jour au lendemain” ont travaillé pendant dix ans.
-Dan Adelman (Ancien responsable du contenu numérique et du développement, Nintendo)

Voilà, j’ai tenté de répondre en toute objectivité à cette fameuse question. Il ne s’agit que de mon avis. Pour ma part, dès 2007 j’ai compris qu’il était possible de vivre de sa passion de dév indé en voyant le succès des jeux Flash sur Internet.

Si vous avez des remarques ou des suggestions à faire sur cet article, si vous avez tenté de vivre des jeux vidéo ou bien si c’est votre souhait, dîtes-le moi en commentaire.

Bon dev et à bientôt !


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Benoît Freslon

J'adore amuser les gens avec mes jeux depuis mon plus jeune âge. Je suis développeur professionnel de jeux vidéo depuis 2006, créateur de jeux vidéo indépendants, formateur dans les écoles de jeux vidéo, mais aussi game designer et développeur en Freelance.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jessy Nisas dit :

    Salut Benoît :),

    Merci pour tous tes conseils c’est génial ! C’est difficile de trouver du contenu intéressant en français et on se sent tous de suite proche de toi car tu étais dans la même situation que nous (donc en France et voulant se lancer en free lance). Ton expérience après plus de 10 ans est donc très précieuses et de qualités.

    Merci à toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.